Road trip de 2 semaines en Corse

Préparatifs

Juillet 2018. Plus que 3 jours pour planifier nos vacances. Seule certitude, nous allons enfin tester notre nouveau van Marco Polo. Des envies de camping sauvage, de nature authentique, de lumière sur la mer, mais aussi de fraîcheur pour supporter la canicule annoncée, portent notre choix sur l’île de beauté.

J-2 : La traversée en ferry est réservée au départ de Gênes. On s’interroge sur la possibilité de faire du camping sauvage sur l’île, avec en toile de fond le cliché du Corse nous poursuivant avec son fusil de chasse… 🙂

J-1 : Dans le doute, on réserve finalement une place dans un camping de Ghisonaccia pour la deuxième semaine (prudents les p’tits Suisses !). La côte Est est un peu moins touristique et cela nous permettra de faire le tour de l’île durant la première semaine puisqu’on part de Bastia. On a aussi téléchargé l’application park4night. Une appli très très utile pour trouver les coins sympas où passer la nuit en van (ou en camping car).

J-0 : Le van est prêt. Vêtements « tout-terrain », crème solaire, coussins moelleux, réserves d’eau et de nourriture + tout le nécessaire en cas de problèmes (santé ou techniques). C’est parti !

Ciao Genova !

La traversée

Comme nous devions être à 6h30 du matin au départ du ferry, nous avions prévu de dormir la veille à Gênes près du port. La soirée sur les quais de Gênes a été délicieuse, principalement parce que nous avons goûté aux trofie al pesto les plus diiingues de notre vie. Par contre, on a rencontré quelques difficultés à trouver une place de stationnement pour la nuit et on s’est finalement rabattu sur un parking qui fait face à l’aquarium de Gênes.

Ce n’était pas vraiment inconfortable, bien que les lampadaires restent allumés toute la nuit et que des badauds ont circulés, discutés et même chantés jusqu’à 4h du matin. Non, le vrai problème c’était la chaleur ! Impossible de dormir avec la portière du van fermée… mais la laisser ouverte n’a pas été très rassurant. « Ils soont des nooootreeeuh » dixit le 6ème fêtard passant devant le van. Cette première nuit a donc été courte et agitée ! A l’aube, me réveillant au milieu d’un parking la vessie au bord de l’implosion, j’ai pris conscience que la vie avait déjà bien repris son cours dans les rues de Gênes malgré l’heure matinale… mais surtout qu’il n’y a pas de toilettes dans un van 🙂 L’aventure commence !

Pour atteindre la Corse, tu peux prendre le ferry à Gênes, à Marseille ou à Toulon. Pour faire des économies, nous avons fait la traversée de jour mais je te le déconseille. C’est vraiment long (6h), surtout avec des enfants. Mieux vaut donc voyager la nuit en couchette pour quelques euros de plus.

Terra vecchia à Bastia

Le tour de Corse en van

L’arrivée à Bastia a été une jolie surprise. J’ai adoré le vieux port et la citadelle ! Une balade dans la vieille ville et un repas au bord de l’eau me semble incontournables.

On a ensuite rejoint le cap Corse. Ici la montagne plonge dans la mer et la route panoramique offre une vue splendide sur les criques de sable gris. Une halte dans la petite ville balnéaire de Saint Florent est agréable. De nombreux départs en mer sont organisés, notamment pour rejoindre les plages paradisiaques du désert des Agriates (à réserver tôt).

Puis, on a traversé cet incroyable désert pour rejoindre l’île-Rousse et profiter des jolies plages de la côte. Nous avons passé une soirée mémorable et bien arrosée de vin Corse dans la citadelle de Calvi. Je te conseille d’aller flâner dans les ruelles animées de ces petites villes où règne un air festif de vacances .

On a ensuite pris tout notre temps pour rejoindre Porto et apprécier ses routes sinueuses dotées de paysages splendides. Le Golfe de Porto est l’un des plus beaux sites préservés de Corse. Les formations rocheuses de porphyre rouge des calanques de Piana se mêlant à la mer turquoise sont saisissantes. Un endroit, classé au patrimoine mondial de l’Unesco, à ne pas louper ! La pause déjeuner dans le petite village portuaire de Porto était charmante. J’ai cependant failli rendre à la Corse sa délicieuse crêpe au brocciu tant la magnifique et célèbre route D81 qui traverse les calanques est impressionnante… étroite et vertigineuse. Burp !

C’est là qu’on s’est aperçu que le temps passait trop vite et qu’il nous en restait trop peu pour profiter du sud de la Corse dont nous avions tant entendu parler. Qu’à cela ne tienne, nous visiterons Ajaccio et sa région une prochaine fois. Cap direct sur Bonifacio !

Couleurs de Corse

On dirait le sud …

La route est belle. Les panoramas nous font oublier le temps. Des ruelles pittoresques, des criques protégées, du sable fin… des baignades dignes de contrées lointaines. Le sud mérite sa réputation !

Nous avons visité le joli port de Porto Vecchio et ce bijou suspendu sur son promontoire rocheux, Bonifacio. Nous nous sommes baignés dans les eaux turquoises de la plage de Palombaggia, considérée comme la plus belle des plages de Corse du sud. Ces quelques jours ont été une pure merveille ! 

Il faut dire que j’ai ressenti beaucoup de nostalgie en me promenant entre les murs calcaires et effrités des ruelles de Bonifacio. Une odeur indescriptible et familière m’a envahit. Pendant quelques minutes, je me suis retrouvée au fin fond du sud de l’Italie et j’ai presque aperçu ma Nonna (grand-mère) assise sur une chaise au coin d’une rue. Je ne sais pas si cette émotion a participé à la magie de cette journée… mais Bonifacio restera dans nos cœurs !

Petite précision pour les amoureux de l’Italie. Les paysages ont beau se ressembler, question nourriture ce n’est pas la même… Après, les goûts et les couleurs sont propres à chacun et je suis sûre qu’en sortant des sentiers touristiques il doit y avoir de très bonnes adresses. D’ailleurs, les amateurs de moules devraient être ravis au regard du nombre de personnes les dégustant sur les terrasses. Malgré tout, mon plus beau souvenir culinaire restera les trofie al pesto mangé la veille de l’embarquement à Gênes !

Finalement, le temps est arrivé pour nous de rejoindre notre camping 5 étoiles à Ghisonaccia. Il faut avouer que même si on aime les roadtrips, le camping sauvage et la simplicité, un peu de luxe ne fait pas de mal… au contraire 🙂 Ces quelques jours de farniente ont été très agréables et reposants, même si nos plus beaux souvenirs resteront nos aventures dans la nature.

Tu veux savoir ce qu’on trouve de plus dans un camping 5 étoiles ? Du papier toilette et du savon dans les sanitaires (nettoyés 3x par jour s’il vous plait), deux grandes piscines, une épicerie, des restaurants, des animations et spectacles, un spa (contre supplément) et cerise sur le gâteau : une piscine balnéothérapie (interdite au moins de 18 ans). Du coup, il y avait aussi un mini club.

Finalement, nous avons quand même profité de cette dernière semaine pour rejoindre la région de lAlta Rocca et faire une petite randonnée près des magnifiques aiguilles de Bavella. L’endroit est touristique mais le cadre est agréable et la fraîcheur salvatrice. Il y a de supers balades à faire en famille, comme la rando jusqu’au pied du trou de la bombe. Et puis, n’oublie pas de faire une halte pour te baigner en rivière ! Le top lorsqu’on est en alerte canicule niveau 3 🙂

Tour de Corse en van

Si c’était à refaire… 

Pour faire le tour de la Corse et profiter pleinement, 1 semaine c’est beaucoup trop court. Tu devras faire des choix. 2 semaines, c’est juste. Tu auras le temps de faire le tour, mais au pas de course. 3 semaines, voilà la durée idéale ! 4 points de chute de 5 jours aux 4 points cardinaux me semblent la solution parfaite.

Nos coups de cœur

Bastia pour sa jolie citadelle et son vieux port, le désert des Agriates pour ses paysages lunaires, Porto pour la pause bienvenue dans un décor enchanteur, les calanques de Piana parce que wouah, Bonifacio la plus belle ville de Corse et ses parois rocheuses impressionnantes, les randonnées dans l’arrière-pays et les baignades en rivière. On aurait adoré faire du canyoning mais petit coccinelle n’avait pas encore l’âge requis.

Les calanques de Piana

Conseils

  • Sois raisonnable dans ta planification et prévois surtout de prendre ton temps. La dolce vita !
  • Il n’y a pas d’autoroutes et les routes sont sinueuses, il faut donc anticiper qu’il te faudra plus de temps pour te rendre d’un point A à un point B.
  • Certaines routes sont si étroites, qu’il peut être difficile de croiser un bus. Il vaut mieux être assez bon pilote et ne pas trop avoir le vertige.
  • En pleine saison, les campings sont pleins. Si tu veux absolument une place de dernière minute en camping, tu devras t’éloigner un peu des zones touristiques. Sinon, l’appli park4night est fabuleuse !

Encore une chose, si la nuit tu entends du bruit. Une sorte de reniflement très bruyant… Ne sois pas effrayé ! Les fameux cochons sauvages de Corse viennent te dire bonjour. Reste tranquillement dans ton van pour admirer le spectacle.

L’attente pour entrer dans le ferry…

Au retour nous sommes passés par Gênes sur ce pont qui s’écroulera 2 jours plus tard… Mais ce n’était pas notre heure… Merci la vie !

3 ... Merci !

Et encore ...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.