Pourquoi manger bio, local et de saison ?

Prise de conscience

Après un mois de février printanier et ma foi bien agréable, j’entends pas mal de gens autour de moi s’interroger sur les changements climatiques. On se demande bien ce qu’on pourrait faire à notre échelle pour aider la planète ? Sans être une experte, je connais quelques pistes assez simple à mettre en place au niveau de l’alimentation…

Et si tu as besoin de te convaincre un peu plus de la nécessité de changer tes habitudes, je te laisse parcourir le site www.notre-planete.info : Réchauffement climatique : la Terre sera bientôt inhabitable pour l’Homme.

Mange local

  1. Favorise les produits de ta région : Quand tu fais tes courses, regarde la provenance des produits et évite d’acheter des fruits qui ont parcourus la moitié de la planète en avion ! Aide-toi des labels pour orienter tes achats. A Genève par exemple, on a le label de proximité GRTA (Genève région terre avenir). Et puis, préfère les avocats d’Espagne plutôt que d’Amérique latine.
  2. Privilégie les circuits courts : Comment ? En parcourant les marchés du coin tout en favorisant les producteurs locaux, avec un moment de flânerie comme cerise sur le gâteau. Tu peux aussi acheter directement aux producteurs ou t’inscrire dans une AMAP (Associations pour le Maintien d’une Agriculture Paysanne) côté France ou une ACP (Agriculture contractuelle de proximité) côté Suisse. Au menu : paniers de légumes, cueillette et distribution de produits en directe. Ces associations favorisent l’agriculture paysanne et biologique et mettent en contact les consommateurs avec les producteurs locaux.
  3. Cultive ton potager : Il suffit d’un petit jardin et même d’un balcon pour faire pousser des légumes. Tu peux débuter avec des herbes, comme la menthe, le basilic, la ciboulette. Tu y prendras vite goût ! En plus, c’est super ludique avec les enfants 🙂

Sais-tu que …

Transporter les fruits et les légumes sur de longues distances nécessitent de les cueillir bien avant maturité, ce qui signifie encore moins de nutriments et de goût, sans compter la nécessité d’appliquer des traitements chimiques ou d’irradier les aliments afin de les conserver le plus longtemps possible. Les aliments sont nettement moins denses d’un point de vue nutritionnel, ayant perdu une grande partie de leurs nutriments (vitamines, minéraux, etc.) à la fois en raison de sols déjà appauvris par l’agriculture intensive, mais aussi via les longs transports, le stockage, ou encore les traitements subis pour les conserver.

www.nutriting.com

Mange de saison

Pourquoi manger de saison ?

  • Déjà parce que c’est meilleur au goût ! La chaleur et le soleil sont indispensables au développement des saveurs des fruits et légumes comme la tomate, les fraises, les aubergines, etc.
  • Mais surtout pour réduire le gaspillage d’eau et de ressources naturelles. La production de fruits et légumes hors saison nécessite bien plus d’eau et de ressources énergétiques. Lorsque tu consommes un fruit ou un légume hors saison, ça veut dire soit qu’il a traversé une partie du globe en avion ou en bateau, soit qu’il a poussé sous serre. Et sous serre non seulement il ne pleut pas pour irriguer le sol, mais pour atteindre des températures estivales, il faut mettre le chauffage à fond ! CQFD

Tu trouveras sur le net la liste des fruits et légumes de saison à imprimer, pour toujours les avoir sous le coude. Je sais bien que l’hiver n’offre pas un choix phénoménal sous nos latitudes, mais on peut bien faire un petit effort non ? Manger du chou et des patates durant quelques semaines, ce n’est pas la mer à boire ! Et puis il y a toujours les carottes, paraît en plus que ça rend aimable 🙂

Diminue ta consommation de viande (et de poisson)

Sais-tu que…

Pour produire 500g de bœuf, 8’500 litres d’eau sont nécessaires ?

On sait déjà que c’est bien meilleur pour la santé, mais quel rapport avec la planète ? C’est simple, si tu manges moins de viande l’élevage de bétail diminuera et dans son sillage :

  1. Diminution de la consommation d’eau nécessaire à l’élevage. (heu, 16’000 litres pour 1 kilo de bœuf ! Et c’est pas une blague ..)
  2. Réduction de la culture de plantes et céréales destinées à nourrir le bétail (on va pouvoir en nourrir des petits humains avec tout ça et peut-être même épargner l’Amazonie !).
  3. Réduction du taux de méthane rejeté dans l’air et donc de l’effet de serre (Oui, on parle bien de pet de vache 🙂 … that’s life).
  4. Diminution de la consommation d’énergie nécessaire à l’alimentation et l’entretien des bêtes.

Et si tu hésites encore et que tu es sur Netflix, vas voir le documentaire Cowspiracy: Le secret de la durabilité pour « découvrir comment l’élevage intensif détruit notre environnement et décime nos ressources naturelles sans que les principaux groupes écologistes réagissent ».

Grosse prise de conscience à la clé !!!

Source : http://www.pnpimage.org/cowspiracy-facts-water/

La consommation d’eau par jour pour le bétail se chiffre à 170 milliards de litres contre 30 milliards pour l’humain. La consommation de nourriture par jour pour le bétail se monte à 61 milliards de kilos contre 20 milliards pour l’Homme.

Faut-il également parler de la pêche intensive ? La pêche industrielle épuise les ressources des océans et des mers et menace la survie des espèces de poissons.

Ben ouais… on ne peut pas continuer comme ça !

Évite les produits ultra-transformés

Mais c’est quoi un produit ultra-transformé ? Par exemple : les biscuits, gâteaux, boissons gazeuses et jus sucrés, nuggets de poulet, poisson pané et autres plats surgelés, chips, soupes en sachets ou nouilles instantanées, sauces et « vinaigrettes », céréales du petit déjeuner, etc.

Et que trouve-t-on dans ces produits industriels selon toi ? Des aliments bas de gamme : des œufs issus d’élevage en batterie, beaucoup de sucre, trop de sel, des acides gras ajoutés, des huiles hydrogénées comme l’huile de palme et des additifs…

Mais tu verras qu’en suivant les deux premières recommandations, tu vas naturellement diminuer les produits industriels. Facile, tu n’en trouveras pas sur les marchés, ni dans les AMAP.

La solution ? Tu as sans doute deviné ? Te (re)mettre aux fourneaux ! Pour enfin savoir ce que tu manges.

Mange bio

Et pourquoi manger bio ?
Ben principalement pour t’éviter d’ingérer des pesticides, des engrais chimiques et autres OGM.

Je te vois déjà venir…
– Mouais et quel rapport avec la planète ?
Tu as raison, le label bio ne garantit pas la réduction des déchets ou du transport, ni le respect des animaux ou du rythme des saison. Bio ne veut pas dire local et de saison, ni même végétarien !

Pourtant, je te conseillerai quand même de faire tes courses dans un magasin bio. Et tu me répondras peut-être :
– le bio c’est trop cher ! C’est une arnaque à bobos en quête de sens !
Alors je te répondrai que ce n’est pas tout à fait vrai, ni complètement faux. En fait, ça dépend des produits et de leur provenance. Concernant les bobos, je te dirai que je trouve pas ça complètement con de chercher du sens…

Par rapport aux dépenses, il faut savoir que si tu évites les aliments transformés, que tu diminues la viande et que tu privilégies les produits locaux et de saison, tu verras que tu t’y retrouveras largement.

Et puis dans les magasins bio, tu auras accès à un grand choix d’aliments en vrac, de produits entiers, à plus de diversité (petit épeautre, boulgour, sarrasin, etc.) et d’alternatives santé (purée de noisettes pour remplacer le beurre, lait d’amande pour remplacer celui de vaches, etc.).

Tu réaliseras aussi que dans un magasin bio, les étals de fruits et légumes prennent la moitié de l’espace tandis que la viande/ poisson occupent moins d’1/10ème. Un bon indice de ce que notre assiette devrait comporter 🙂

Alors lance-toi ! Agis !
Et si tu ne le fais pas pour toi, fais-le pour la planète !

Pour aller plus loin, tu peux consulter mon article sur le zéro déchet. Quelques conseils et actions simples que l’on peut entreprendre pour limiter l’amoncellement de déchets et de plastiques.

A bientôt sur ma coccinelle !

3 ... Merci !

Et encore ...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.